Médias : comprendre le harcèlement en ligne contre le journaliste

Le journaliste est-il harcelé en ligne ? C'est une évidence, selon Tatiana Mossot, journaliste indépendante et reporter. 

Elle a expliqué son assertion à l'ouverture d'un atelier des médias à Abidjan initié par la Fondation Friedrich Naumann du 13 au 14 octobre 2020, à l'attention de 15 journalistes ivoiriens.

Cet atelier ayant pour thème central : "Médias et journalistes professionnels en période électorale" jette la réflexion sur le harcèlement en ligne des journalistes. Ou comment "Apprendre à se protéger en ligne"?

Pour Tatiana Mossot, tout journaliste est une potentielle cible d'harcèlement en ligne. Elle définit le harcèlement comme des propos ou commentaires injurieux, menaçants, diffamatoires répétitifs, etc d'un lecteur ou internaute à l'égard d'un journaliste à la suite d'une publication.

Selon elle, la grande majorité des journalistes subie un harcèlement; maïs ingnore cela. Elle explique que le harcèlement en ligne se manifeste sous plusieurs formes. Il peut être interne. C'est-a-dire que le harceleur est un journaliste qui porte des jugements de valeur sur son confrère( ex: le rédacteur en chef dit à son stagiaire qu'il est nul de façon récurrente). Quand, il est d'origine externe; cela provient d'un internaute ou lecteur. A ce niveau, il s'agit des cyberharceleurs ou trolls. Ceux-ci peuvent être un groupe d'intérêts, un gouvernement, crime organisé, secteur privé etc. Ici, le harcèlement peut être isolé ou groupé (cordonné). Les outils utilisés sont les doxxing(dossier), trolling (faux amis), usurpation d'identité etc. Les conséquences néfastes de toutes ces actions sont à craindre. Car elles peuvent ternir la réputation du journaliste ou de la personne, perte de confiance en soi ou encore l'autocensure, une santé morale dégradée...qui peuvent conduire à l'abandon du métier pour certains ou au suicide pour d'autres.

Cependant, le journaliste peut se défendre ou protéger avec plusieurs moyens à sa disposition. Mme Mossot conseille qu'il faut d'abord dénoncer la situation, en le disant à sa rédaction, son entourage etc( évité d'être isolé). Pour ce faire, il faut une documentation(noter les propos ou commentaires désobligeants à votre égard, faire une capture d'écran, la datation des événements). Il est aussi possible de contre-attaquer en faisant une vidéo ou un audio.

L'objectif des cyberharceleurs, c'est de dénigrer et de dévaloriser; afin de faire taire la victime( réduire au silence).

" Le harcèlement est un délit puni par la loi", a-t-elle précisé.

C'est pourquoi, a soutenu Tatiana Mossot, il faut tenter une action en justice contre les cyberharceleurs.

Auteur: Daniel Coulibaly

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN