Economie numérique et inclusion financière: le Mastercard Economics Institute fait une analyse détaillée dans son rapport Economy 2021

Economy 2021 est un rapport sur les perspectives mondiales fournissant une analyse détaillée de l'impact économique de la COVID-19, y compris des changements permanents dans les habitudes de dépenses des consommateurs numériques, la croissance des services bancaires en ligne, la perturbation des technologies financières et les opportunités de stimuler l'inclusion financière. Il a été publié par Mastercard Economics Institute dans ce mois de janvier 2021.

Parmi les principales tendances analysées, le passage brusque à l'utilisation des plates-formes numériques, motivé par le changement de comportement des consommateurs, les restrictions de mobilité et la nécessité de générer des revenus commerciaux au-delà des emplacements physiques.

En publiant ce rapport, l’objectif de Le Mastercard Economics Institute est d’aider les gouvernements et les entreprises de toutes tailles à trouver la voie à suivre après une année 2020 exténuante et transformatrice. Surtout qu’il a été lancé l'année dernière pour analyser les tendances macroéconomiques à travers le prisme du consommateur.

Le rapport parle du commerce en ligne avec la flambée des dépenses. A ce niveau, le Mastercard Economics Institute note un facteur de rigidité permanent de 20 à 30 % dans les dépenses de détail globales, un facteur clé alors que les entreprises envisagent d'intensifier leurs efforts de transformation numérique.

Dans une récente étude sur le commerce électronique de Mastercard, il a été révélé que 73 % des consommateurs au Moyen-Orient et en Afrique (MEA) faisaient davantage leurs achats en ligne qu'avant la pandémie.
Selon Economy 2021, alors que le commerce électronique est le remède des entreprises contre la pandémie, son adoption par les générations plus âgées, une commodité accrue et des coûts réduits pour les consommateurs contribueront à la croissance continue de la demande numérique en 2021.

Au Nigéria, SME-in-a-Box, NetPlusDotCom et Innovectives ont déjà intégré 1,4 million de plus de micros et petites entreprises nigérianes avec des outils de paiement numériques tels que Mastercard QR, les codes USSD et sans contact pour faire progresser leurs activités. Mastercard s'est également associée à Selcom pour conduire les transactions numériques en Tanzanie.

L’inclusion financière
Le rapport précise aussi que la poursuite de la numérisation dans la zone MEA est essentielle pour faire progresser l'inclusion financière. Cela est particulièrement pertinent dans des régions comme l'Afrique de l'Est, où les recherches du FMI ont révélé que même là où l'inclusion financière par le biais des services bancaires traditionnels était en déclin, un accès élargi aux outils et services numériques augmentait l'inclusion financière. Cette tendance devrait se poursuivre en 2021, en particulier dans les économies les plus avancées sur le plan numérique comme le Ghana, le Kenya et l'Ouganda. Encourager les populations vers les solutions bancaires en ligne est primordiale pour assurer la croissance des générations à venir. On planche donc sur une baisse de création d’entreprises physiques en 2021 au profit de la création d’entreprises en ligne et de l’adoption d’initiatives qui relient les données de vente d’un commerçant à l’accès au capital. L’autre aspect de l’inclusion financière souligné par Economy 2021 consiste à tirer parti des technologies de pointe pour connecter les consommateurs aux petites entreprises et aux micro-commerçants.

L'avenir est jeune

Le rapport soutient que la population jeune et à croissance rapide de la zone MEA constitue un atout majeur pour tirer profit de la croissance du commerce électronique et de faire progresser l'inclusion financière. Avec sa population très jeune, la GSMA prévoit que l'Afrique subsaharienne dépassera un taux de pénétration de 50 % d'abonnés mobiles uniques d'ici 2025. Le rapport attire l’attention sur le désœuvrement, le chômage élevé des jeunes et les troubles sociaux resteront probablement un problème en 2021, tout comme les retombées potentielles du changement climatique - qui comportent des risques à court et à long terme.

« Cette croissance de l’économie numérique représente un« passage à l’âge adulte » pour le commerce électronique, un tournant dans la réduction de la fracture numérique. Nous nous dirigeons vers une reprise mondiale à plusieurs vitesses qui favorise le low-touch plutôt que le high-touch », a déclaré David Mann, économiste en chef Asie et MEA chez Mastercard. Et d’ajouter que : « Les petites entreprises et les micro-commerçants sont particulièrement essentiels pour les économies de la région et en leur permettant d'accepter les paiements numériques, nous pouvons connecter davantage de personnes et de communautés à la liberté financière et à la prospérité éventuelle. »

Mastercard s'est engagée à soutenir les petites entreprises grâce à ses technologies de paiement, son réseau et ses informations, dans le cadre d'un engagement mondial de 250 millions de dollars en produits et services au cours des cinq prochaines années…

 

Auteur: Daniel Coulibaly

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN